Entretenir sa résistance pour cigarette électronique (ou pas)

Entretenir sa résistance pour cigarette électronique (ou pas)

Lorsque j'ai débuté la cigarette électronique avec mes Kanger T2 et autres Vision Stardust V3 en 2013, je me suis rapidement confronté, comme tous les vapoteurs, à l'usure de ma résistance pour cigarette électronique. Le fameux goût de brûlé désagréable, l'aspiration qui devient de plus en plus difficile, sont des signes que tout vapoteur expérimente dès les débuts. En parcourant les abondantes discussions sur les forums, je me suis naturellement initié au dry burn, ce soi disant remède miracle qui consiste à tout faire cramer à sec. J'ai bien essayé cette technique, à grands renforts de tutoriels YouTube, mais je n'ai cependant jamais été convaincu. Les mèches restent noires, voire plus noires encore qu'avant le dry burn. Quant au goût de brûlé, jamais je n'ai pu constater une quelconque amélioration, même minime. On trouve donc de tout sur les forums, y compris des conneries. Jusqu'ici je ne vous apprends rien. Après cet échec cuisant, j'ai un peu lâché les forums et leurs fausses bonne idées. J'ai fait comme tout le monde: j'ai remplacé régulièrement les résistances usagées par des neuves sans essayer de leur donner un second souffle d'une quelconque manière. C'est plus cher, c'est un peu frustrant de balancer tous ces vieux coils à la poubelle, mais au moins le plaisir de la vape est au rendez-vous et c'est déjà ça.

L'obsolescence programmée de la résistance

Du temps a passé et je me suis quand même reposé la question: n'y a t-il pas tout de même un moyen de prolonger, un peu, la durée de vie des résistances de nos cigarettes électroniques? Quand on sait ce qu'il y a à l'intérieur d'un atomiseur, un fil résistif et un peu de bourre, on ne peut pas s'empêcher de penser à l'obsolescence programmée. Les fabricants de cigarette électronique auraient-ils délibérément conçu les atomiseurs de telle manière qu'ils ne durent pas plus de quelques semaines? La question est, à mon avis, tout à fait pertinente, quand on connaît le business model généralement appliqué aux consommables quels qu'ils soient. Cartouches d'imprimante, ampoules, consoles de jeu vidéo, etc. Le produit est proposé à un prix abordable pour le plus grand nombre, quant au consommable, il est en général propriétaire (incompatible avec les cigarettes électroniques concurrentes), assez coûteux et peu durable. Les consommateurs deviennent fatalement fidèles, et n'ont de toute façon pas le choix de ne pas l'être. Les plus récalcitrants dont je fais partie de manière épisodique, recherchent un moyen d'échapper à ce business model implacable. Au delà du dry burn qui, vous l'avez compris, ne m'a pas convaincu, je me suis régulièrement posé la question de savoir s'il existait un moyen de conserver sa résistance pour cigarette électronique un peu plus longtemps. Notamment le problème de l'aspiration qui devient difficile qui, selon ma modeste expérience, reste le problème numéro un, bien avant le goût de brûlé. En effet, ce dernier est plus facilement évitable, d'une part en prenant bien soin d'amorcer correctement sa résistance pour cigarette électronique, d'autre part en restant raisonnable sur la tension d'alimentation de la batterie. De retour sur les forums, j'ai été tenté d'essayer une autre méthode qui consiste à plonger sa résistance dans de l'eau en ébullition avec un peu de bicarbonate de sodium. A priori, cette méthode me paraissait un peu moins brutale que le dry burn et je dois avouer que j'ai repris espoir. Pendant quelques temps. Ayant depuis abandonné mes Kanger T2 et consorts pour des Nautilus Mini et des ET-S BVC de chez Aspire, j'ai donc plongé ma vieille résistance BVC Nautilus dans ce mélange bouillonnant, en espérant retrouver l'aspiration perdue. J'ai attendu cinq minutes, puis j'ai sorti ma résistance pour la laisser sécher une nuit. Le lendemain, j'ai alors revissé ma résistance dans mon Nautilus Mini, vissé mon clearomiseur sur ma batterie Kanger Ipow 2 pour faire un premier test, sans toutefois oublier d'amorcer la résistance. Ça aurait été dommage de faire une erreur de débutant si près du but! Quelques bouffées plus tard, je dois avouer que j'ai été déçu. Certes l'aspiration est sensiblement revenue, mais en revanche, toutes les saveurs de mes e liquides ont disparues. Une vape sans saveur aucune. Et peu de vapeur. Bref: EPIC FAIL. Merci les forums, une fois de plus. Retour à la case départ, je vais continuer à acheter des résistances. Je suis désormais à cours d'idées, j'en profite donc pour lancer un appel: si vous connaissez une méthode efficace (je pèse mes mots), n'hésitez pas à me faire part de votre remède miracle en laissant un petit commentaire à ce post. Tous les vapoteurs désespérés et moi-même vous remercieront chaleureusement!

Publié le 02/11/2015 par Olivier Schevin 0 27

Articles apparentés

Beyond The Cloud, le film

Beyond The Cloud est un film documentaire produit par Vapexpo et co-présenté par le site d'information sur la...

Cuboid Joyetech, une box tout en muscle

Joyetech défend avec talent sa position de leader de la cigarette électronique en proposant régulièrement des...

Enquête sur la cigarette électronique

Le magazine Vox Pop propose une enquête sur la cigarette électronique.

Kanger T2, retour sur son succès

Le Kanger T2 est certainement l'un des clearomiseurs les plus célèbres de l'histoire de la cigarette électronique.

Laisser un commentaireLaisser une réponse

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.